12:17

Qu’est-ce que le Run and Gun en basket ?

Dans la National Basketball Association (NBA), le run and gun était à son apogée dans les années 1960, lorsque les équipes marquaient en moyenne 115 points par match. Vers 2003, la moyenne est tombée à 95. Les Celtics de Boston étaient une équipe de run and gun dans les années 1950 et 1960 et ont remporté 11 championnats de la NBA, tout comme les Lakers de Los Angeles, cinq fois champions, pendant leur période « Showtime » dans les années 1980.

Qu’est-ce que le Run and Gun ? 

En basket-ball, le run and gun est un style de jeu rapide, qui se caractérise par un nombre élevé de tentatives de tirs au panier, ce qui se traduit par des matchs à score élevé. Aujourd’hui, dans la NBA, les équipes entraînées par Mike D’antoni et Don Nelson sont identifiées par ce style de jeu. 

L’attaque s’appuie généralement sur des contre-attaques, tout en accordant moins d’importance aux arrêts de jeu. Une équipe utilisant un style de jeu run and gun laisse habituellement un grand nombre de points en défense.

Comment cela fonctionne ? 

Dès que le ballon fait un rebond, est volé ou qu’il sort d’un panier réussi, l’équipe qui défendait auparavant envoie le ballon vers l’autre extrémité du terrain aussi rapidement que possible en utilisant la passe et le dribble.

Souvent, la priorité est d’amener le ballon au meneur de jeu tout de suite pour qu’il puisse commencer le break. D’autres fois, la plupart des cinq joueurs, si ce n’est tous, ont le feu vert pour pousser le ballon eux-mêmes.

Il est important que, dès que le break commence, chaque joueur soit prêt à recevoir la passe et à regarder devant lui pour la prochaine passe ou le score.

En règle générale, une équipe construite pour jouer de cette manière comprend les éléments suivants :
– un meneur de jeu hautement qualifié avec des capacités de passe de haut niveau.
– d’excellents tireurs (y compris des tireurs à 3 points) qui peuvent s’approcher en un clin d’œil et tirer ET qui peuvent étirer la défense dans un demi-terrain.
– des basketteurs grands et polyvalents qui manient bien le ballon et savent aussi bien tirer.


Historique du run and gun

Bien que beaucoup pensent que le run and gun ne met pas l’accent sur la défense, les Celtics des années 60 avaient Bill Russell et les Lakers des années 80 avaient Kareem Abdul-Jabbar comme stoppeurs défensifs. L’entraîneur Doug Moe, qui a dirigé le run and gun avec les Denver Nuggets dans les années 1980, pensait que les scores élevés enregistrés étaient plus révélateurs du rythme rapide du jeu que d’un faible niveau de défense. Pourtant, ses équipes semblaient parfois renoncer à des paniers pour en marquer un. Bien que sa stratégie offensive conduise à des scores élevés, les équipes de Moe à Denver n’ont jamais été capables d’effectuer des breaks rapides.

À la fin des années 1980, Paul Westhead a entraîné l’équipe masculine de basket-ball de Loyola Marymount en utilisant une version du « run and gun ». Alors que le basket-ball run and gun est souvent considéré comme un système offensif, le système de Westhead utilise une philosophie offensive et défensive combinée. Sur le plan offensif, l’équipe fait avancer le ballon aussi vite que possible et prend le premier tir disponible, souvent un tir à trois points. Les équipes de Westhead essaient de tirer le ballon en moins de sept secondes. L’objectif est de courir plus vite et de tirer avant que la défense ne puisse se mettre en place. Sur le plan défensif, l’équipe exerce une pression constante sur l’ensemble du terrain. En général, l’équipe est prête à prendre le risque de perdre des paniers faciles afin de maintenir un rythme élevé.

Loyola Marymount a utilisé ce système avec succès en 1990 lorsqu’elle s’est qualifiée pour les huitièmes de finale du tournoi de basket-ball de la NCAA, battant au passage le champion en titre, Michigan, 149 à 115. Ce style a été utilisé par d’autres équipes. L’entraîneur Westhead a tenté, sans succès, d’appliquer le système en NBA avec les Denver Nuggets au début des années 1990. En 1990-91, les Nuggets ont réalisé la meilleure moyenne de la ligue avec 119,9 points par match, mais ils ont également encaissé 130,8 points par match, un record dans la NBA. Ils ont aussi permis aux Phoenix Suns de marquer 107 points en une seule mi-temps, ce qui reste également un record de la NBA.

Le système de Westhead a été imité par d’autres équipes universitaires, dont le Grinnell College. David Arseneault, l’architecte du système Grinnell, a complété le système de Westhead en remplaçant les joueurs en trois vagues de cinq joueurs, à l’instar d’une équipe de hockey sur glace.