Ligue des champions: Le MHB, du rêve au cauchemar…

Ligue des champions: Du rêve au cauchemar pour le MHB

Bien que Montpellier ait dominé avec une avance de neuf points lors du premier match en Hérault, l’équipe ne se qualifiera pas pour le Final Four à Cologne. Lors du match retour, jeudi soir, le MHB a subi une défaite face à Kiel avec un écart de dix points (31-21), sur le terrain des Allemands qui ont mis toute leur énergie pour réaliser cet incroyable retournement de situation, et ont, à leur grand regret, réussi.

Le récit promettait d’être épique mais s’est transformé en un véritable cauchemar. Malgré un impressionnant succès de 39 à 30 lors du match aller contre Kiel, dans l’enceinte de la Sud de France Arena, Montpellier n’atteindra finalement pas le Final Four. Le MHB n’a pas réussi à défendre son avance considérable acquise une semaine auparavant et se voit éliminé de la compétition au moment le plus critique.

À l’issue de la première mi-temps, l’équipe allemande, galvanisée par un public fervent et convaincue qu’un renversement de la situation était à leur portée (une croyance partagée uniquement par les supporters du THW), avait déjà rattrapé la moitié du déficit. Il leur restait seulement cinq buts à marquer (17-12) pour renverser le match en leur faveur, ou quatre pour pousser à la séance de tirs au but. Pour Patrice Canayer, qui ce jeudi là, sans le savoir, faisait ses adieux à la compétition européenne avec Montpellier, le pire restait à venir. La formation allemande, avec son tireur d’élite Eric Johansson (8 buts) à la tête, n’a pas relâché son effort, faisant voler en éclats les espoirs montpelliérains rapidement submergés.

Porte, Lenne et Desbonnet ne peuvent enrayer la machine Kiel

Alors que Valentin Porte, Yannis Lenne et Rémi Desbonnet, positionné dans les buts, tentaient tant bien que mal de contenir les assauts adverses, la résistance du MHB semblait tenir le coup. Cependant, cette défense a rapidement montré des signes de faiblesse en seconde période. Kiel exploitait sans cesse les brèches de la défense montpelliéraine, rendant l’inéluctable de plus en plus tangible aux yeux de tous, même si l’on peinait à l’admettre.

À seulement trois minutes de la conclusion, Kiel marquait ce but crucial qui lui donnait dix longueurs d’avance, mettant ainsi Montpellier en position très précaire. Marko Panic a eu deux occasions en or de forcer la séance de tirs au but, sans réussir à concrétiser. Bryan Monte, à cinq secondes du terme, tentait lui aussi sa chance de loin, sans plus de succès. Une telle remontée n’avait pas été vue depuis Berlin en 2012. Pour le MHB malheureusement, ce jeudi fut le jour où ce record impressionnant tomba.