Le PSG a-t-il faussé le championnat ?

Le PSG a-t-il faussé le championnat?

Dimanche soir, sur les réseaux sociaux, a surgi une interrogation suscitée par l’incroyable dénouement de la dernière journée du championnat de Ligue 1.

Selon des critiques, le PSG aurait eu une influence démesurée sur le dénouement de la course au maintien en Ligue 1. Ces commentaires sont survenus après la 34e et dernière journée, marquée par l’insuffisance présumée de l’équipe menée par Luis Enrique. Pour leur dernière prestation en ligue, les Parisiens se sont imposés 0-2 face à Metz. Cette victoire, associée à la large victoire de Lorient sur Clermont (5-0), a failli envoyer Metz en Ligue 2.

Pourtant, malgré ces résultats qui ont permis à Lorient de rattraper son retard de trois points et sept buts sur Metz, il a manqué un but pour que Lorient puisse dépasser Metz et obtenir un ticket de barrage. Au final, Metz est resté devant au classement grâce à un meilleur nombre de victoires (8 contre 7) et grâce aux buts marqués à l’extérieur lors des confrontations directes (2-3 pour Metz à Lorient; 1-2 pour Lorient à Metz).

## Mbappé et Dembélé absents à Cannes

Devant ces événements, les critiques du PSG pensent qu’avec une équipe parisienne plus offensive contre Metz, Lorient aurait eu une chance de rester en Ligue 1. Kylian Mbappé et Ousmane Dembélé, qui ont été laissés libres par leurs club, se trouvaient à Cannes et n’ont pas joué. Achraf Hakimi, Warren Zaïre-Emery et Bradley Barcola ne sont également pas entrés sur le terrain.

Carlos Soler et Kang-In Lee ont rapidement marqué en début de match, tandis que Gonçalo Ramos s’est montré imprécis, Nordi Mukiele a touché la barre transversale, et Alexandre Oukidja, le gardien de Metz, a réalisé plusieurs arrêts décisifs. Le PSG aurait donc pu l’emporter par un plus grand écart. « Le miracle était proche, c’est très dur et cruel de finir ainsi, mais ce n’est pas ce soir que nous devons avoir le plus de regrets, ni que le maintien s’est joué », a reconnu Loïc Féry, le président du FC Lorient, devant la presse dimanche.