Kevin Mayer: « C’est inconcevable de ne pas être à Paris »

Kevin Mayer sur JO à Paris: « Inconcevable de ne pas y être »

Suite à un échec dans sa première démarche visant à se qualifier pour les prochains Jeux Olympiques qui auront lieu à Paris, lors d’une compétition à San Diego la semaine écoulée, Kevin Mayer, un athlète spécialiste du décathlon, a exprimé lors d’une discussion avec Eurosport, son optimisme quant à ses perspectives de qualification. Il maintient sa confiance dans le fait de pouvoir atteindre les standards requis, bien qu’il n’ait pour le moment aucune certitude concernant le lieu ou le moment où il se présentera de nouveau pour essayer de décrocher sa qualification.

À quelques encablures des Jeux Olympiques de Paris, Kevin Mayer se trouve face au défi de se qualifier pour le décathlon. Avec une deadline fixée à trois mois et un jour, le détenteur du record mondial doit surmonter l’échec de sa précédente tentative à San Diego, où une blessure à la cuisse droite l’a contraint à se retirer pour éviter d’aggraver son état. Âgé de 32 ans, Mayer reste confiant dans sa capacité à atteindre le seuil de qualification de 8460 points, malgré le fait que son record personnel soit de 9126 points.

**Mayer face au défi de la qualification**

Dans une récente interview accordée à Eurosport, Mayer explique son plan d’action en vue de la qualification. « J’ai jusqu’à fin juin pour me qualifier, et je sais que cela nécessite de participer à un décathlon. Techniquement, je me considère assez solide donc l’idée de ne pas réussir à marquer des points lors d’un décathlon ne m’effraie pas trop. Je prends du temps pour permettre à mon corps de récupérer, étant conscient que la période de mars-avril est généralement plus difficile du fait de mes allergies. Je ne fixe donc pas de date précise pour les décathlons à venir. Il y aura une opportunité presque chaque semaine en Europe, et je participerai dès que je me sentirai prêt », révèle-t-il.

L’acceptation de la pression par Mayer

Conscient du fait que chaque tentative pour atteindre les minimas sera méticuleusement observée par les médias, Mayer a décidé de ne révéler le lieu et la date de sa prochaine participation qu’une semaine à l’avance. Reconnu comme la principale voire l’unique espoir de médaille d’or française en athlétisme aux prochains Jeux, il se dit prêt à embrasser la forte pression provenant à la fois des médias et du public.

« La pression des médias sera inévitable, où que je sois. J’ai tenté de me soustraire à cette pression en allant à San Diego, mais les médias m’ont retrouvé. Je dois maintenant apprendre à vivre avec. Je réalise que Paris 2024 représente un défi bien différent des éditions précédentes des Jeux, et c’est quelque chose que je dois accepter. L’exposition médiatique et les attentes s’accompagnent souvent de critiques, mais je préfère voir cela comme une marque d’intérêt. Les gens espèrent vivre des émotions à travers ma participation à Paris, et j’ai l’intention de répondre à ces attentes », confie-t-il, optimiste quant à sa qualification. Pour Mayer, ne pas participer aux Jeux de Paris serait inconcevable, tant pour lui que pour l’équipe de France olympique.