GP de Monaco-Leclerc: « Je n’ai pas de mots »

GP de Monaco: Leclerc Sans Mots

Découvrez les impressions des conducteurs suite au Grand Prix de Monaco, une course remportée par Charles Leclerc, suivi d’Oscar Piastri et de Carlos Sainz Jr.

Charles Leclerc (MCO/Ferrari) – Premier de la course

« Il m’est difficile de traduire en mots ce que je vis actuellement. Cette réussite revêt une importance particulière pour moi puisqu’à deux occasions antérieures, j’avais décroché la première place sur la grille de départ sans pour autant avoir la chance de concrétiser sur ce circuit. Remporter cette course signifie le monde pour moi. Elle est à l’origine de mon ambition de devenir pilote de Formule 1. À quinze tours de la fin, mon esprit était vide, je souhaitais juste réussir à franchir la ligne d’arrivée sans encombre. Mon père a œuvré avec acharnement pour que je puisse réaliser ce rêve, un rêve que nous nourrissions ensemble, celui de concourir ici et de s’imposer. Les mots me manquent vraiment… »

Oscar Piastri (AUS/McLaren) – Second de la course

« Ce fut une épreuve compliquée. Le rythme imposé en début de course était extrêmement lent. J’ai tenté ma chance à la sortie du tunnel, mais l’écart n’était pas suffisant pour permettre un dépassement. Je tiens à remercier mon équipe. Nous avons passé un excellent week-end globalement. C’est le meilleur résultat de la saison pour moi. Monter sur le podium ici, à Monaco, est exceptionnel. Charles (Leclerc) a dominé tout le week-end. Dès le premier tour des essais libres, il s’est montré rapide. Je suis ravi de cette deuxième place. Pour l’équipe et moi, c’est un résultat fabuleux. Je suis vraiment très heureux. »

Carlos Sainz Jr (ESP/Ferrari) – Troisième de la course

« Le début de course a été tendu. J’avais un mauvais pressentiment dès le premier tour, mais celui-ci s’est vite dissipé après avoir été replacé en troisième position pour le second départ. Par la suite, le rythme était bon, comme on l’avait prévu, mais dans les rues de Monaco, il est simplement impossible de dépasser. Je suis très content de voir Charles (Leclerc) gagner le Grand Prix de son pays, compte tenu de sa performance exceptionnelle tout au long du week-end. J’ai fini sur le podium à ses côtés, en troisième position, ce qui est excellent pour l’équipe. On se sent de plus en plus forts à chaque course. Lorsque je me suis rendu compte que Lando (Norris) n’avait plus assez de marge pour changer ses pneus pour des mediums et tenter de revenir sur moi, j’ai accéléré sur la fin, tournant en 1’14 pour mettre la pression sur Oscar (Piastri) et espérer le voir faire une erreur. Bien qu’il ait perdu l’adhérence de l’arrière à plusieurs reprises, cela n’a pas suffi pour le dépasser. »

Sources : L’Equipe, F1i.