Léon Marchand, c’est de la folie !

Léon Marchand: Une Performance Incroyable!

Dans une atmosphère vraiment inoubliable, Léon Marchand a fracassé l’ancien record au cours des finales des compétitions universitaires, en s’attaquant cette fois-ci au record des 500 yards.

Lors du second jour des finales NCAA, Léon Marchand a fait sensation à Indianapolis, confirmant ainsi le surnom de Marchand Madness donné à cette période de compétitions intenses.

Le mercredi, l’athlète originaire de Toulouse avait déjà brillé lors du relais 4×200 yards en établissant un nouveau record sur le 200 yards nage libre, devenant ainsi le premier nageur à passer sous le seuil des 1’29″, avec un temps de 1’28″95. Le jour suivant, sous les acclamations du public, il a battu de manière spectaculaire son propre record du 500 yards nage libre, propulsant cette performance dans une autre dimension.

Un écart monumental avec ses poursuivants

Là où au début du mois, lors des finales de conférence, il avait réalisé un temps de 4’06″18, Marchand a cette fois fini la course en 4’02″31, reléguant ses adversaires les plus proches, Luke Hobson et Jake Magahey, à plus de quatre secondes avec des temps de 4’06″93 et 4’07″12 respectivement. Cette performance a même suscité l’admiration de Bob Bowman, son entraîneur, qui a commenté depuis les tribunes par un succinct : « c’est rapide ».

« Ayant battu ce record il y a deux semaines alors que je n’étais pas dans les meilleures conditions de préparation, je visais à le surpasser de nouveau. Réaliser un temps de 4’02″, c’est incroyable, » a exprimé l’étoile montante de la natation française, dont les propos ont été rapportés par RMC. « La course a été vraiment agréable, mon passage au 200m était impressionnant, et pour la seconde moitié de la course, j’ai juste pensé à tenir le rythme ! »

Dès le départ, Marchand a pris les devants, augmentant progressivement son avance sur ses rivaux, en grande partie grâce à des plongées puissantes qui le faisaient ressembler à une torpille dans l’eau d’Indianapolis. Ce succès est de bon augure à quatre mois des Jeux Olympiques, même si ces championnats universitaires se déroulent dans un bassin de taille réduite.