Urios: « Ça me gonfle
! »

Urios: Frustré et excédé exprime son mécontentement

Pour la troisième année consécutive, l’AS Clermont Auvergne ne participera pas aux phases finales du Top 14, ayant terminé à la huitième place du classement à la fin de la saison régulière. Une position finale qui est loin de satisfaire Christophe Urios. Engagé par le club auvergnat avec l’ambition de se classer parmi les six premiers et de décrocher la victoire dans la Challenge Cup, Urios peine à accepter cet échec.

« La quête demeure inachevée ». Lorsque Christophe Urios, âgé de 58 ans, a pris en main la direction de Clermont en janvier 2023, il est intervenu dans un contexte difficile où l’équipe ne donnait pas de bons résultats. Avec un nouvel élan et une première saison complète à la tête de l’équipe d’Auvergne, il s’était donné deux challenges principaux : se hisser parmi les six meilleures équipes pour assurer à l’ASM une place dans la phase finale tant souhaitée et conquérir une quatrième Challenge Cup (anciennement appelée Challenge européen) pour enrichir le palmarès du club. Toutefois, malgré sa détermination et ses strategies, lui et son équipe de Clermont n’ont pas réussi à atteindre ces buts, aboutissant à la troisième exclusion consécutive de l’ASM en avant-saison, après avoir terminé huitième au classement.

Urios, pleinement conscient du fait qu’il n’a pas rempli ses engagements, n’arrive pas à digérer cet échec. « Se trouver à regarder les barrages sans y participer est frustrant. Quand on a le potentiel nécessaire, il faut tout mettre en œuvre pour y parvenir. Il est crucial que mes joueurs saisissent que nous n’avons pas atteint l’objectif fixé (…) Notre ambition était de figurer parmi les six premiers et de remporter la Challenge Cup avec une équipe solide. Nous avons échoué », exprime-t-il avec amertume. L’ancien joueur de Castres a ouvertement reconnu sa part de responsabilité envers la presse.

Urios : « Moins de déceptions concernant la Challenge Cup »

« Nous n’avons pas réussi à instaurer une communication efficace avec le staff, ce qui me déçoit profondément puisque c’était à moi de le faire (…) Mon travail consiste à susciter l’amélioration et à atteindre nos buts. Nous n’avons accompli aucun des deux, et je suis également mécontent de l’ambiance de travail », admet Urios, clairement affecté par cette réalité mais un peu moins par l’issue de la Challenge Cup. Cette compétition, même si elle s’est finie aux portes de la finale pour Clermont, reste moins amère pour lui : « J’ai moins de regret pour la Challenge Cup car elle a été une opportunité de rebondissement. Malgré notre défaite, je reste persuadé que nous n’étions pas inférieurs aux Sharks, et je croyais fermement que le vainqueur de cette demi-finale remporterait le titre. » Ces propos d’Urios s’avèrent justifiés, bien que cela ne suffise pas à le consoler. Déjà tourné vers l’avenir, cet entraîneur déterminé à aller de l’avant a annoncé, lors de cette même conférence de presse, l’arrivée de neuf nouveaux joueurs pour renforcer son équipe en vue de la prochaine saison.