Nouveaux
records du monde à la hauteur et sur 1500m

Records du monde battus : hauteur et 1500m

Lors du Meeting de Paris, Yaroslava Mahuchikh a battu le record mondial de saut en hauteur tandis que Faith Kipyegon a surpassé son propre record sur le 1500 mètres. Gabriel Tual a enflammé le public du Stade Charléty en établissant un nouveau record de France sur le 800 mètres. Alice Finot a elle aussi brillé en battant le record français du 3000 mètres steeple, et Agathe Guillemot sur le 1500 mètres.

À trois semaines de l’ouverture de Paris 2024, les grandes stars de l’athlétisme sont prêtes. Le Meeting de Paris, huitième étape de la Ligue de Diamant, a été le théâtre de nombreux exploits chronométriques dans l’enceinte du Stade Charléty, notamment après l’inquiétude suscitée par la blessure de Kevin Mayer. Tout d’abord, Yaroslava Mahuchikh a surpassé Stefka Kostadinova au saut en hauteur. L’Ukrainienne, qui sera parmi les favorites pour l’or olympique au Stade de France, a amélioré d’un centimètre le record qui tenait depuis août 1987. Dès son premier essai, elle a franchi une barre placée à 2,10m, s’inscrivant ainsi dans l’histoire de la discipline. « C’était un saut extraordinaire, et j’ai réussi du premier coup », a-t-elle déclaré. « C’est vraiment incroyable car il m’a fallu deux tentatives pour franchir 2,07m, mon précédent record personnel. Mon entraîneur m’a conseillé de me concentrer davantage sur les Jeux Olympiques, qui sont bien plus importants, mais je sentais que je pouvais relever le défi. Pour être honnête, je voulais battre le record du monde et je l’ai fait dès le premier essai. »

Kipyegon toujours plus rapide sur le 1500m, Guillemot également

Cependant, le public parisien avait encore soif de records. Un peu plus d’un an après avoir battu le précédent record de Genzebe Dibaba, Faith Kipyegon a encore surpassé ses limites sur le 1500m. Maîtrisant la course de bout en bout, la Kényane a franchi la ligne en 3’49’’04, améliorant de sept centièmes de seconde sa précédente marque établie en juin 2023 à Florence. « C’est incroyable de battre le record du monde », a-t-elle affirmé après la course. Je me prépare bien pour Paris 2024. Après une blessure et la nécessité de récupérer, j’ai su après les sélections kényanes que j’étais en forme pour viser le record du monde. L’entraînement en altitude au Kenya m’a permis de courir vite, me prouvant que je pouvais battre de nouveau ce record. Nous avons simplement tenté notre chance, car tout est possible. » De plus, cette course a permis à Agathe Guillemot de battre le record de France de la distance en 3’58’’05. En dehors des stars internationales, les athlètes français étaient également au rendez-vous, comme Sasha Zhoya, qui a remporté le 110m haies en 13’’15, devançant Trey Cunningham de cinq millièmes de seconde.

Tual et Finot au rendez-vous

Quelques semaines après avoir décroché le titre de champion d’Europe du 800m à Rome, Gabriel Tual a confirmé sa grande forme à l’approche de Paris 2024. Dans une course où Djamel Sedjati a réalisé la meilleure performance mondiale de l’année en 1’41’’56, le Français a pris la troisième place avec un temps de 1’41’’61, effaçant un record de France vieux de dix ans détenu par Pierre-Ambroise Bosse, avec une amélioration de 92 centièmes de seconde. « C’est incroyable ! Pendant l’entraînement, on sent quand on a de bons chronos dans les jambes. Je pensais que les 1’42’’ étaient jouables », a-t-il confié au quotidien L’Équipe. Mais faire 1’41’’6, c’est juste inimaginable, je suis sur un nuage », a-t-il ajouté. De son côté, la championne d’Europe du 3000m steeple, Alice Finot, a encore progressé en battant pour la sixième fois le record de France de la distance. En 9’05’’01, elle a terminé deuxième derrière la Bahreïnie Winfred Yavi (9’03’’68). « La course s’est déroulée presque comme je l’espérais », a-t-elle affirmé. « J’ai suivi le rythme sur les deux premiers kilomètres puis j’ai accéléré dans le dernier. J’avais toujours une concurrente devant moi. Cela m’a aidée à rester concentrée et motivée. » Ces performances sont très encourageantes à quelques semaines des Jeux Olympiques de Paris 2024.