Calvin renonce au marathon olympique et retourne sur la piste

Calvin abandonne marathon olympique pour piste

Après avoir été éloignée des compétitions pendant quatre années en raison d’une suspension, Clémence Calvin a pris la décision de ne pas poursuivre les qualifications pour les Jeux Olympiques dans l’épreuve du marathon. À la place, elle a opté pour un retour aux courses sur piste, privilégiant la distance du 10 000 mètres.

Le 11 août qui marque la conclusion des Jeux Olympiques à Paris, verra se dérouler la compétition de marathon féminin lors de la matinée. Cependant, Clémence Calvin ne fera pas partie des participants. Agée de presque 34 ans, cette coureuse, originaire de Vichy, a fait le choix de ne pas poursuivre les qualifications pour cet événement. Après avoir été suspendue pendant quatre ans suite à un refus de se plier à un contrôle antidopage surprise durant un camp d’entraînement au Maroc et après avoir mené un long combat judiciaire, elle était revenue dans le monde de la compétition en janvier. Avant sa suspension, elle avait décroché le titre de vice-championne d’Europe en 2018 et avait même établi un nouveau record national du marathon en parcourant la distance en 2h23’41 à Paris en 2019, record qui lui fut retiré par la suite. Sa visée était de se qualifier pour les Jeux de Paris 2024 sur l’épreuve du marathon de 42,195 km.

Cependant, **après une seule tentative de se qualifier au marathon de Barcelone**, où elle a atteint l’arrivée en 2h31’26, soit cinq minutes au-delà du minimum requis pour les qualifications olympiques, Calvin a opté pour un changement de discipline. Samir Dahmani, son mari et père de leurs deux enfants, a confirmé à *L’Equipe* que Clémence avait décidé de troquer la longue distance de la route pour la piste, et plus spécifiquement le 10 000 mètres.

Objectif championnats d’Europe à Rome pour Calvin

Pour Calvin, les Jeux de Paris 2024 ne représentaient pas un rêve absolu, comme elle l’avait exprimé en janvier : « Les Jeux Olympiques sont un objectif et non un rêve. Mon attachement à l’athlétisme est pragmatique, je cours pour le plaisir qu’il m’apporte. Pendant ma suspension, je ne me suis pas intéressée à l’athlétisme. Mon véritable rêve était de construire une famille dans une maison, tout en continuant à pratiquer l’athlétisme. Ne pas participer à ces Jeux n’est pas un échec pour moi. » La distance de 10 000 mètres n’est pas nouvelle pour Calvin qui a brillé dans cette catégorie par le passé, remportant la Coupe d’Europe du 10 000 mètres en 2014 et devenant vice-championne d’Europe la même année. Ce n’est qu’en 2018 qu’elle a pris le virage vers le marathon.

Son meilleur temps personnel sur cette distance est de 31’52, un record établi il y a presque une décennie. En outre, elle n’a pas participé à une compétition officielle sur piste de 10 000 mètres depuis 2016, où elle avait réalisé un temps de 32’06. Avec les minimas olympiques fixés à 30’40 pour cette épreuve, il semble improblable que Calvin puisse se qualifier pour Paris 2024. Néanmoins, elle projette de participer aux championnats de France du 10 000 mètres en Ille-et-Vilaine le 4 mai, et peut-être aux championnats d’Europe de Rome au mois de juin, à condition de se qualifier.