« Je suis triste », le grand désarroi de France Pierron

France Pierron exprime son grand désarroi: « Je suis triste »

Lorsque France Pierron a découvert que le tirage au sort de Roland-Garros avait placé Rafael Nadal face à Alexander Zverev dès le premier tour, ses attentes ont été immédiatement déçues.

Aucun de ses extraordinaires succès à Roland-Garros n’a semblé influencer la suite des événements pour Rafael Nadal. L’incertitude a plané jusqu’au dernier moment concernant sa participation à ce qui pourrait être son dernier tournoi au Grand Chelem de Porte d’Auteuil. Sa décision de jouer a été confirmée, mais le tirage au sort réalisé jeudi ne lui a guère été favorable, loin de là. En effet, l’Espagnol doit affronter Alexander Zverev dès le premier tour. Avec sa forme actuelle loin d’être au top, le risque que Nadal soit éliminé dès les premiers jours de la compétition est donc élevé, engendrant déception et frustration parmi ses fans.

Parmi ses supporters, on trouve France Pierron, qui n’a pas caché son désarroi. La journaliste, fervente admiratrice du joueur classé 276e mondial, a exprimé son mécontentement sur la chaîne L’Équipe. « Je suis au désespoir. La tristesse m’envahit et je bouillonne à l’idée de ce tirage, surtout que c’est peut-être le dernier tournoi de Rafa. Et dès le premier tour, il doit jouer contre le quatrième mondial. On sait déjà que c’est perdu, malgré toute l’admiration et l’espoir qu’on porte au Majorquin, Zverev ne lui fera pas de cadeau. »

« Je ne dirai pas qu’il aurait fallu truquer le tirage, mais… »

La commentatrice a poursuivi, démontrant une lucidité face à la situation : « Je n’espérais pas le voir gagner, ni même atteindre les demi-finales, j’aurais juste voulu qu’il joue quelques matchs, qu’il arrive peut-être à la deuxième semaine. Mais là, je ne vois même pas comment il pourrait remporter un seul set. J’espère sincèrement me tromper. » Et Pierron d’exprimer de manière détournée ses regrets. « Je ne dirai pas qu’il aurait fallu manipuler le tirage au sort, je ne veux pas dire cela même si cela me traverse l’esprit. Cependant, je ne comprends pas pourquoi on n’a pas mieux protégé sa position de légende du sport. »

D’après la journaliste, l’issue concernant l’ambiance dans les gradins semble déjà déterminée : « Il y aura des adieux. Le public sera de son côté. Tous s’opposeront à Zverev. Zverev sera conspué alors que Nadal sera célébré par tous. […] Je ressens une profonde tristesse. La fin de l’ère Nadal pourrait bien se jouer un triste dimanche ou lundi de la première semaine à 14h. » Le scénario semble déjà fixé. Mais face à un public tout entier, Rafael Nadal pourrait-il encore surprendre ?