Le tennis va manquer à Cornet

Cornet va manquer le tennis

À l’aube de son ultime compétition, qui se déroulera à Roland-Garros, Alizé Cornet a partagé ses sentiments mitigés concernant sa retraite imminente du tennis professionnel. Elle a exprimé une certaine nostalgie à l’idée de quitter les courts de tennis, une passion qui l’a animée tout au long de sa carrière. Néanmoins, elle a également souligné qu’elle ne regretterait pas les exigences physiques et mentales considérables associées à son parcours en tant qu’athlète d’élite.

En ce vendredi, Alizé Cornet a participé à ce qui sera sa dernière conférence de presse avant de plonger dans l’effervescence de Roland-Garros, tournoi qu’elle va disputer pour la vingtième fois d’affilée avant d’annoncer son départ à la retraite, et ce, à l’âge de 34 ans. La joueuse originaire de Nice, qui avait déjà partagé le mois dernier sa décision de mettre fin à sa carrière professionnelle au terme de ce tournoi Porte d’Auteuil, se prépare à un moment empli d’émotion quand viendra le temps de raccrocher sa raquette, peut-être après son duel avec Qinwen Zheng, classée huitième mondiale. Cependant, elle s’efforce de ne pas laisser les sentiments prendre le dessus. « Mon focus est sur les aspects pratiques, les sessions d’entraînement. Bien sûr, je me rends compte peu à peu de tout ce qui se passe et un sentiment de mélancolie s’installe, mais c’est un processus normal. Il y a des moments plus difficiles que d’autres, mais je garde le moral », a-t-elle exprimé face aux médias.

Cornet : « Ce fût une belle aventure de rester au top aussi longtemps »

Quand on l’interroge sur ce qui lui manquera le plus du tennis, Alizé Cornet évoque sans hésiter le jeu lui-même. Toutefois, elle ne regrettera pas plusieurs aspects de la vie de sportive de haut niveau. « Ce que j’aime par-dessus tout, c’est simplement de jouer au tennis. C’est aussi basique que ça. L’enfant en moi adore toujours autant ce sport. Ce qui va aussi me manquer, c’est l’intensité émotionnelle quand on remporte des matchs. On devient en quelque sorte accro à ces sensations. C’est ce désir de toujours vouloir exceller, l’adrénaline, les émotions ressenties durant un match, quelque chose d’unique par rapport à notre vie quotidienne. Par contre, je suis vraiment soulagée à l’idée de ne plus devoir faire et défaire mes valises et de m’affranchir des voyages incessants. Rester au haut niveau pendant près de 20 ans a été une belle aventure, malgré le coût émotionnel et psychologique. Je suis prête pour des jours plus paisibles. Je ne vais certes pas devenir une personne âgée du jour au lendemain, mais j’ai donné de moi à 100%. J’ai tout donné et bien plus encore. »

Un record exceptionnel pour Cornet

En s’imposant dans six tournois du circuit WTA (Budapest 2008, Bad Gastein 2012, Strasbourg 2013, Katowice 2014, Hobart 2016 et Gstaad 2018), en atteignant la finale dans neuf autres compétitions et en atteignant le rang de 11e mondiale à son apogée (en février 2009), Alizé Cornet a aussi établi un record impressionnant de participations consécutives dans un tournoi du Grand Chelem, avec ce Roland-Garros marquant sa 69ème apparition successive. Un tel exploit mériterait sans doute un bel hommage de la part des spectateurs français dans les jours à venir.