Laure Manaudou, la triste fin

Fin Tragique pour Laure Manaudou

Huit années se sont écoulées depuis que Laure Manaudou a brillé à Athènes, cependant, elle a connu une épreuve difficile durant les Jeux Olympiques qui se sont tenus à Londres. Peu de temps après cet événement, elle a décidé de mettre fin à sa carrière dans le sport.

Laure Manaudou a marqué l’histoire sportive française lors des Jeux Olympiques d’Athènes, en devenant à 17 ans la première Française à remporter l’or olympique en natation depuis Jean Boiteux en 1952 à Helsinki. Ce succès inédit sur 400m nage libre fut suivi de deux autres médailles : l’argent sur 800m et le bronze en 100m dos. Ainsi, une étoile du sport naissait.

En 2008, malgré une impressionnante moisson de médailles aux championnats du monde de Melbourne l’année précédente, où elle avait glané cinq médailles dont deux d’or, les Jeux de Pékin s’avérèrent être un véritable fiasco pour la nageuse villeurbannaise. Suite à la fin de sa collaboration avec son entraîneur Philippe Lucas un an plus tôt, elle revint de Chine sans médailles, parvenant seulement à se qualifier pour les finales du 400m et du 100m dos. Ce revers conduira à une première retraite du sport professionnel en septembre 2009, alors qu’elle n’avait que 22 ans, en raison d’un « état de saturation » qui lui avait fait perdre le goût de l’effort et de la compétition, comme elle le révélait quelques mois avant son retrait.

« Je suis quand même contente d’être là »

Toutefois, en 2011, Laure Manaudou annonce son retour dans les bassins, avec la ferme intention de briller aux Jeux Olympiques de Londres. Ses performances lors des championnats de France à Dunkerque en mars 2012, bien que n’incluant pas le 400m qu’elle avait décidé d’abandonner, montrent qu’elle n’a rien perdu de son talent. Elle remporte les titres sur 50m, 100m et 200m dos, battant au passage deux records de France. Cependant, désormais mère d’une fille prénommée Manon qu’elle a eue pendant sa pause carrière, et compagne du nageur Frédérik Bousquet, elle tempère ses attentes concernant les jeux de Londres, consciente des difficultés à venir.

Cependant, sa participation à Londres s’achève sur une note amère, ne parvenant pas à franchir les qualifications, avec un 22e temps sur le 100m dos et un 30e sur le 200m dos. Malgré cet échec, l’accomplissement de son frère Florent Manaudou, qui remporte le 50m nage libre, lui apporte un certain réconfort. L’adversité semble l’avoir fortifiée, lui permettant de relativiser cet échec : « Je ne regrette pas mon retour à la natation, et je ne vais pas me plaindre de participer à mes troisièmes Jeux Olympiques, même si les résultats ne sont pas là. Je suis tout de même heureuse d’être ici », déclare-t-elle. Sa sincérité et sa capacité à surmonter les moments difficiles, y compris sa lutte contre une prise de poids importante, renforcent l’affection et le soutien que lui portent les Français, qui la considèrent comme leur championne favorite.