Isabelle Ithurburu,
le gros écœurement

Isabelle Ithurburu, profondément écœurée

Toujours aussi attachée au monde du rugby, Isabelle Ithurburu ne reconnaît plus le sport tel qu’elle l’a connu.

Les vacances approchent rapidement pour Isabelle Ithurburu. Ce lundi, c’était son dernier jour de tournage pour 50’Inside avant que l’émission ne passe en mode estival. Originaire de Pau, Isabelle a néanmoins gardé un œil attentif sur les récents événements dans le monde du rugby, avec une bonne dose de tristesse.

En effet, la belle victoire de la jeune équipe française à Buenos Aires samedi dernier a été rapidement éclipsée. Cela est dû à une vidéo à caractère raciste publiée par erreur par Melvyn Jaminet peu de temps après le match contre les Pumas, ainsi qu’à une affaire d’agression sexuelle impliquant deux autres joueurs français, Hugo Auradou et Oscar Jegou.

Les paroles marquantes de Clémentine Sarlat

Les deux jeunes joueurs, qui avaient été détenus avant d’être transférés à Mendoza, clament leur innocence. Cependant, les autorités argentines ont déclaré que les observations faites sur la victime corroboraient la version de la plaignante. Cette affaire est un nouveau coup dur pour le rugby français, déjà ébranlé par l’affaire Chalureau.

Isabelle Ithurburu, bien qu’ayant relayé plusieurs publications sur ce nouveau scandale via Twitter, a exprimé sa tristesse à travers l’une d’elles. « Ça devient difficile de vanter les « valeurs » du rugby depuis quelques jours là », a-t-elle ainsi validé. La journaliste de TF1 n’est pas la seule à exprimer sa déception face à cette situation. Sa collègue Clémentine Sarlat partage également ce sentiment.

Ancienne spécialiste rugby de France Télévisions, Clémentine Sarlat souhaite que « le rugby se regarde en face et prenne conscience de l’ampleur du problème des violences sexuelles et autres qui gangrènent ce milieu ». « Je l’ai constaté de l’intérieur, mais lorsqu’on examine les recrutements à Montpellier, il faut vraiment se poser des questions », a-t-elle ajouté.