Paris, pied au plancher

Paris accélère ses projets urbains

L’équipe de Paris s’est imposée avec une grande maîtrise contre l’ASVEL, terminant le jeu avec un score de 94 à 81, lors de la rencontre qui s’est tenue jeudi soir à l’Adidas Arena et qui correspondait au premier match de la demi-finale de la Betclic Elite. Les joueurs de Villeurbanne, qui se sont trouvés largement distancés dès le premier quart (33-11), n’ont pas réussi à surmonter leur mauvais départ. Ils se voient maintenant dans l’obligation de rebondir et d’améliorer leur performance pour la prochaine confrontation, prévue pour samedi lors du second match.

« Partir avec un tel désavantage dès le début du match, surtout face à Saint-Quentin, peut être considéré comme un exploit occasionnel. Cependant, face à une équipe de la trempe que nous avons rencontrée, une telle remontée s’avère simplement irréalisable ». C’est avec ces mots, empreints de déception, que Joffrey Lauvergne (contribuant avec 12 points, 10 rebonds et 2 passes) a exprimé sur La Chaîne L’Equipe l’état d’esprit qui régnait au sein de son équipe après s’être vue reléguée à 27 points de retard au terme du premier quart-temps, durant lequel les joueurs de Villeurbanne ont été dominés 33 à 11 par Paris à l’Adidas Arena.

Face à une entame de partie aussi désastreuse, l’ASVEL était consciente du défi colossal que représenterait le renversement de la situation pour espérer remporter cette demi-finale des play-offs de Betclic Elite. Malgré un déficit de treize points (94-81) à l’issue du temps réglementaire, les efforts des Rhodaniens n’ont pas suffi. Cette mauvaise entrée en matière contre les Parisiens, qui ont eux démarré sur les chapeaux de roues pour ne pas subir un sort similaire à celui contre Cholet à domicile, lors du premier match des quarts de finale, n’a pas réussi à démoraliser entièrement les ex-champions de France qui n’ont pas baissé les bras.

Le combat de Luwawu-Cabarrot n’a pas porté ses fruits

Malgré l’élimination de Youssoupha Fall, expulsé suite à un geste déplacé envers Enzo Shahrvin après un dunk, l’ardeur des visiteurs n’a pas faibli. Cependant, accusant un retard significatif à la mi-temps (50-39), l’ASVEL n’a pas réussi à orchestrer un retour triomphant face à TJ Shorts (14 points) et à cette équipe de Paris Basket, qui peut également s’appuyer sur les performances de Collin Malcolm (meilleur scoreur de son équipe avec 18 points) ou encore l’extraordinaire Nadir Hifi, auteur d’un panier spectaculaire. Animée par une excellente performance de Timothé Luwawu-Cabarrot, qui a inscrit 22 points, l’ASVEL s’est temporairement rapprochée à six points, sans toutefois parvenir à prendre l’avantage.

Une chose demeure certaine : si l’équipe de Tony Parker espère reprendre l’ascendant lors du match 2, qui aura également lieu à l’Adidas Arena samedi, elle devra entamer la rencontre avec bien plus de détermination. Les joueurs de Villeurbanne devront aussi trouver la façon de surpasser cette équipe parisienne qui les a battus lors de leurs trois derniers affrontements. Une quatrième défaite consécutive infligerait sans doute un coup particulièrement dur à l’ASVEL, qui peine toujours à maintenir une performance constante durant l’intégralité d’un match.