Les insultes de Medvedev ? Simon veut bien fermer les yeux…

Simon ignore les insultes de Medvedev pour se concentrer sur le jeu

Andy Murray ainsi que Daniil Medvedev ont en commun cette habitude peu enviable de lancer des invectives en direction de leur équipe pendant les compétitions. Cette attitude est bien connue de Gilles Simon, récemment intégré au staff technique de Medvedev, qui, loin de s’en alarmer, considère que si cela contribue à la performance sur le court du Russe, alors cela peut être toléré.

Dans l’univers du tennis, il existe certains joueurs qui ne se privent pas de faire une remarque ou deux à leur équipe dans le but de retrouver leur concentration ou de se remonter le moral en plein match. Parmi ces joueurs, Andy Murray et Daniil Medvedev se distinguent. Ces athlètes, tout comme le numéro un mondial Novak Djokovic, ont la réputation de décharger leur tension en s’adressant parfois de manière assez directe à leur coach ou à leur entourage professionnel, ce qui peut mener à des situations quelque peu inconfortables pour les spectateurs témoins de ces échanges.

Gilles Simon a observé ce comportement en tant que compétiteur par le passé. Désormais, il s’apprête à vivre cette expérience de l’autre côté, en tant que membre du staff. Il rejoint l’équipe d’entraînement de Medvedev, prenant un rôle similaire à celui de Gilles Cervara, l’entraîneur chef. Simon, qui ne prend pas ombrage à l’idée d’être potentiellement la cible de telles réprimandes de la part du champion de l’US Open 2021, est familier avec cette attitude, ayant connu Murray de près. Pour lui, si c’est ce qu’il faut pour que le joueur russe retrouve son meilleur niveau, il est prêt à ignorer ces comportements.

## Simon : « Murray ne se sentait certainement pas fier de ses réprimandes envers son équipe »

« Je ne le prends pas personnellement… C’est simplement sa façon de libérer sa frustration. Chacun a sa méthode. Mon approche consiste à comprendre ce qui sous-tend ces réactions. Il ne vise pas réellement la personne en tant que telle, mais malheureusement, c’est de cette façon que cela se manifeste, car il n’a pas trouvé de meilleure manière de le faire. Si cela fonctionne pour lui, continuons ainsi », a confié Simon lors d’une interview avec Eurosport, soulignant que, souvent, le joueur qui critiquait son entourage était le premier à ressentir un malaise.

« Andy Murray se montrait dur avec son équipe tout au long de la journée, et au fond, je crois qu’il ne s’en félicitait pas vraiment. Cependant, il remarquait : « Lorsque je reste sans rien dire, je n’arrive plus à gagner. » Et comme son objectif était de remporter des matches… Cela ne reflète en rien sa véritable personnalité, et c’est également le cas pour Daniil » a ajouté Simon, prêt à s’adapter à cette dynamique.