Paris donne des ailes à Gracheva

Paris propulse Gracheva: ascension fulgurante

En battant Maria Sakkari, qui est classée septième au monde et qui avait atteint les demi-finales de ce même tournoi il y a trois ans, Varvara Gracheva, actuellement 88ème au classement mondial, a réalisé l’une des plus grandes performances de la journée, lundi, lors du tournoi de Roland-Garros. Par la suite, cette athlète, d’origine russe mais devenue française l’été précédent, a exprimé combien jouer à Paris lui procurait un sentiment d’exaltation et de motivation supplémentaire.

Il semble que Varvara Gracheva trouverait avantage si tous les tournois de tennis se jouaient à Paris. La récente saison n’a pas été facile pour la jeune Française de 23 ans, qui a éprouvé des difficultés à maintenir une performance constante sur le terrain. Cependant, l’arrivée consécutive de deux compétitions majeures dans la Ville Lumière a marqué un tournant pour Gracheva. Ayant acquis la nationalité française en août de l’année précédente, l’ex-joueuse russe s’est métamorphosée, se distinguant particulièrement lorsqu’elle a atteint les demi-finales d’un Challenge parisien quelques jours avant Roland-Garros. À cette occasion, elle a impressionné en éliminant Katie Boulter, la Britannique classée 28e mondiale et l’une des favorites du tournoi.

Le début de Gracheva à Roland-Garros cette semaine a surpassé toutes ses performances précédentes. Elle a réalisé l’un des plus grands exploits de sa carrière en battant Maria Sakkari, classée 7e mondiale et demi-finaliste de l’édition 2021 de ce tournoi, qui l’avait facilement vaincue à Rome (6-2, 6-2) le 10 mai. Gracheva n’a pas caché son bonheur après sa victoire contre la joueuse grecque, confessant que jouer à Paris lui confère un dynamisme exceptionnel.

Gracheva : « J’aime particulièrement jouer en France »

Devant les médias, Gracheva a exprimé son enthousiasme pour l’atmosphère française : « L’ambiance ici me motive davantage. J’aime particulièrement jouer en France, autant pour le public que pour mon équipe. » Elle a aussi mentionné le soutien inconditionnel des fans, qui lui permet de viser haut. « À un moment, une personne dans les tribunes a crié « Ici, c’est chez toi ! ». Sentir l’appréciation de tous est un avantage immense, » a-t-elle ajouté.

La célébration de sa victoire, où elle a pointé son index vers sa tempe après le point final, s’explique non pas par son amour pour le public français ou la France, son pays d’accueil, mais par un pari amical. « Ce n’était qu’un défi lancé par un ami (rires). Il m’avait demandé de le faire si je gagnais. Une promesse est une promesse; donc, j’ai respecté mon engagement, » a-t-elle révélé. On ne peut qu’espérer que Gracheva a aussi promis à cet ami qu’elle ne compte pas s’arrêter là dans sa conquête de succès.