Nadal, personne ne voulait l’affronter

Nadal redouté: adversaires évitaient de l’affronter

La majorité des compétiteurs s’étant exprimés vendredi, à l’occasion de la journée dédiée aux médias de Roland-Garros, partageaient un avis commun. L’idée de se mesurer à Rafael Nadal dès le premier tour du tournoi ne séduisait personne, et le sort a finalement désigné Alexander Zverev pour relever ce défi.

«Je dois admettre que le fait de ne pas l’affronter dès le début me remplit de joie.» C’est ainsi que Daniil Medvedev a exprimé une opinion largement partagée parmi l’élite de Roland-Garros. La perspective de rencontrer Rafael Nadal dès le premier tour était loin d’être souhaitée par les ténors du tournoi. Malgré une condition physique qui n’est peut-être pas au sommet de son art, Nadal, avec ses 14 titres dans ce tournoi, reste une figure intimidante sur la terre battue parisienne et il serait imprudent de le sous-estimer.

Lorsque les noms ont été tirés, celui de Nadal a été assigné second dans le deuxième quart de tableau. Cela impliquait que le champion espagnol pourrait potentiellement affronter soit la tête de série numéro trois (Carlos Alcaraz) soit la numéro quatre (Alexander Zverev) au cours du tournoi. Alcaraz, pour sa part, était visiblement soulagé de ne pas devoir croiser le fer avec son illustre compatriote dès l’entame du tournoi. «L’envie de le rencontrer d’emblée ? Absolument pas ! Lorsque j’ai réalisé qu’il y avait 50% de chances que cela se produise, j’ai été envahi par une certaine anxiété», a-t-il avoué, tout en mimant un frisson, avant de manifester sa gratitude du fait que ce sera finalement Zverev qui aura à relever ce défi.

Zverev aurait aimé reporter cette confrontation avec Nadal

L’annonce de cette nouvelle a pris Zverev par surprise alors qu’il était en plein entraînement avec Rublev. «Mon frère m’en a informé juste après notre session. Sur le moment, j’ai cru à une plaisanterie», a raconté l’Allemand, se prêtant au jeu avec une pointe d’humour.

Zverev nourrissait l’ambition de se mesurer à nouveau à Nadal à Roland-Garros, espérant faire oublier sa mésaventure de l’année précédente où une grave blessure avait mis un terme brutal à leur demi-finale épique. «Évidemment, affronter Nadal plus tard dans le tournoi aurait été l’idéal pour moi», a-t-il précisé. Quoi qu’il en soit, l’heure de ce duel approche et il se déroulera lundi sur le court Philippe-Chatrier, promettant d’être un moment phare de cette édition.