Verstappen repart de l’avant

Verstappen en tête: Revanche et Performance

Dans les instants finaux de la course, bien que Lando Norris ait exercé une forte pression, Max Verstappen a réussi à décrocher son cinquième triomphe en seulement sept compétitions au cours du Grand Prix d’Emilie-Romagne. Charles Leclerc, quant à lui, a su s’assurer une place au sein des trois premiers tandis que les conducteurs de chez Alpine n’ont pas réussi à marquer de points.

Les appréhensions qui ont entouré le vendredi difficile du Grand Prix d’Emilie-Romagne se sont dissipées rapidement. Suite à une bataille acharnée pour obtenir la pole position, Max Verstappen a su s’imposer lors de cette course, récoltant ainsi sa cinquième victoire en sept participations. Et cela, malgré une lutte acharnée dans les dernières étapes de la course. Dès le départ, le pilote néerlandais a réussi à prendre l’avantage sur Lando Norris et sur les deux participants de Ferrari. La prudence était de mise pour tous les conducteurs sur le circuit d’Imola, connu pour ses difficultés de dépassement et où chaque faute se paye cash. Verstappen, en profitant du système DRS activable dès la fin du premier tour, a immédiatement accéléré le pas pour créer de la distance avec le pilote de chez McLaren.

Ce fut une stratégie payante, permettant à Verstappen de rester tranquillement en tête de la course. Derrière lui, Charles Leclerc a réussi à distancer son coéquipier, Carlos Sainz Jr, laissant ce dernier vulnérable aux attaques d’Oscar Piastri. L’action notable a eu lieu au dixième tour, quand l’équipe Williams a malencontreusement renvoyé Alex Albon en piste avec une roue avant-droite insuffisamment serrée. Bien que le pilote ait complété un tour dans cet état, les commissaires n’ont pas été dupes et lui ont imposé une pénalité de dix secondes au stand, compromettant sérieusement sa course. Entretemps, Verstappen s’est envolé en tête, alors que son coéquipier, Sergio Pérez, a rencontré des difficultés, notamment après une sortie de piste au virage de Rivazza.

Verstappen rapidement menacé

Le jeu des changements de pneus s’est enclenché au 23ème tour avec Norris initiant le mouvement, suivi de près par Piastri et Verstappen. Au sein de l’équipe Ferrari, Leclerc a été favorisé sur Sainz, ce dernier perdant une place au profit de Piastri. Durant cette phase, la pression était constante sur Verstappen, avec une possible pénalité suspendue au-dessus de sa tête pour n’avoir pas respecté les limites de la piste. Vers la fin de la course, Norris a signalé une baisse de performance tandis que Leclerc se rapprochait, profitant des possibilités offertes par le système DRS. Cependant, Leclerc a raté une manœuvre, laissant filer l’espoir d’une deuxième place. Face à ces challenges, Verstappen a commencé à exprimer sa préoccupation concernant ses pneus, tandis que Norris intensifiait sa pression.

Norris et les avancées de McLaren

L’équipe de Red Bull n’a pas manqué de rappeler à Verstappen la menace d’une pénalité durant les derniers tours, montant la pression sur le champion. De son côté, Norris, sentant la possibilité d’une victoire, a augmenté son rythme, se rapprochant de Verstappen, sans toutefois pouvoir l’attaquer suffisamment tôt. Au final, Verstappen a remporté la victoire avec un léger avantage sur Norris, démontrant la compétitivité croissante de McLaren. Leclerc termina sur le podium, devant les fans de Ferrari, suivi de Piastri et Sainz.

Du côté d’Alpine, la performance était loin d’être idéale, avec les deux pilotes finissant à un tour du leader. Ocon et Gasly ont vu leurs positions se dégrader au fil de la course. Verstappen poursuit son avance au championnat, tandis que Leclerc monte à la deuxième place, profitant des difficultés de Pérez. Au classement des constructeurs, Red Bull garde une large avance sur Ferrari et McLaren. La prochaine étape de ces confrontations se jouera à Monaco, offrant peu de répit aux compétiteurs.