Nouvelle polémique en Ligue 1, des sanctions réclamées

Polémique en Ligue 1: Appels à des sanctions

Amélie Oudéa-Castéra, en charge du ministère des Sports, exige que Mohamed Camara ainsi que l’AS Monaco se voient infliger des sanctions d’une extrême sévérité.

La dernière journée de la saison régulière de la Ligue 1, qui s’est déroulée le dimanche soir, était dédiée à la lutte contre l’homophobie. Afin d’éviter les controverses qui avaient émergé les années précédentes, notamment avec des joueurs réticents à l’idée de porter un maillot aux couleurs de l’arc-en-ciel, la Ligue de football professionnel a adopté une nouvelle approche. Chaque joueur arborait sur son maillot un insigne, sur lequel figurait le terme « homophobie » barré d’une ligne rouge.

Cette action n’a pas suscité de grands remous, à quelques exceptions près. En l’occurrence, Mohamed Camara et Motasfa Mohamed ont attiré l’attention durant leur match au stade Louis-II, chacun à sa manière. Camara, le milieu de terrain malien de l’AS Monaco, qui a d’ailleurs marqué sur penalty lors de la victoire de son équipe 3-0 à la 24e minute, a choisi de masquer le badge avec du scotch blanc. D’autre part, l’attaquant égyptien du FC Nantes n’a pas pris part au match, qui s’est soldé par une défaite de son équipe 4-0.

Des réactions et des demandes de sanctions sévères

Adi Hütter, l’entraineur de l’AS Monaco, a exprimé son soutien à l’initiative de la LFP tout en précisant que l’action de Camara relevait d’une décision personnelle. Il a annoncé qu’une discussion aurait lieu en interne à ce sujet, sans donner plus de détails. Amélie Oudéa-Castéra, la ministre des Sports, a quant à elle adopté une position plus ferme. Invitée sur les ondes de RTL, cette ancienne joueuse de tennis a plaidé pour l’application de sanctions sévères.

Elle a qualifié l’attitude de ces joueurs d’inacceptable, indiquant avoir déjà exprimé son mécontentement auprès de la LFP la veille. Pour Oudéa-Castéra, de telles actions devraient entraîner des conséquences strictes tant pour les individus concernés que pour leurs clubs. La LFP avait, dans son effort de promouvoir la cause LGBT+, également décoré les alentours des terrains avec les couleurs symboliques, notamment sur les drapeaux de coin. Malgré ces efforts, l’organisation se retrouve face au défi de rallier tous les acteurs à sa cause.