« Qu’il pose sa démission », Longoria dans l’œil du cyclone

Longoria sous pression pour démissionner, au cœur du cyclone

Cette saison, l’Olympique de Marseille n’est pas parvenu à se qualifier pour les compétitions européennes, une déception qui est principalement attribuée à Pablo Longoria, le président du club.

Depuis trois ans à la tête de l’Olympique de Marseille, après avoir été son directeur sportif, Pablo Longoria jouissait jusqu’à récemment d’une réputation forte et d’une grande confiance. Cependant, la saison 2023-2024, marquée par des performances décevantes, a grandement érodé son crédit auprès des supporters et des commentateurs sportifs. Ces derniers lui attribuent la majeure partie des torts pour l’échec d’une saison seulement rachetée par le succès relatif de l’équipe en Ligue Europa.

Terminant à la huitième place de Ligue 1 et échouant ainsi à se qualifier pour une compétition européenne la saison suivante, l’OM a connu une rotation élevée de quatre entraîneurs durant l’année : Marcelino, Jacques Abardonado, Gennaro Gattuso et Jean-Louis Gasset. Cette instabilité réclame une refonte totale du projet sportif, qui souffre d’une absence marquée de direction claire et précise de la part de l’actionnaire, Frank McCourt, qui s’est fait notablement discret cette saison.

Christophe Dugarry, s’exprimant récemment sur RMC, a critiqué ouvertement la gestion de l’effectif par le président : « On a constaté toute la saison que le niveau de l’équipe était tout juste moyen. Mais finalement, qui est à l’origine du recrutement de ces joueurs ? On envisage de se séparer de certains joueurs prétendument parce qu’ils coûtent trop cher, mais c’est bien le président qui les a engagés, qui a accepté de leur octroyer de tels salaires, poussant ainsi la masse salariale du club à des sommets inédits. » Il souligne que la responsabilité de ces échecs repose non pas uniquement sur les joueurs, mais surtout sur celui qui s’est engagé dans ces paris risqués.

« La confiance s’est évanouie »

Dugarry continue de pointer du doigt la direction de l’OM, estimant que les joueurs ont donné leur maximum dans les limites de leurs capacités. Il met en exergue la responsabilité des dirigeants et de Pablo Longoria qui ont promu des joueurs au potentiel prétendument intéressant pour l’OM, tout en leur attribuant des salaires disproportionnés. Il interroge ainsi directement la gestion du président et appelle à sa démission face aux responsabilités endossées.

De la même veine, Jérôme Rothen critique aussi vigoureusement les orientations prises récemment par le club. Pour lui, Longoria invoquait la stabilité alors qu’il en était lui-même la principale source d’instabilité. Cette saison désastreuse, selon lui, illustre parfaitement des failles majeures dans la stratégie du club, obscurcies temporairement par une avancée en Coupe d’Europe loin de refléter les ambitions d’une équipe de haut niveau. Rothen exprime sa déception et son manque de confiance à l’égard de Longoria, le pressant de reconnaître sa responsabilité dans cet échec retentissant qui laissera des traces indéniables au club.