Burkina Faso : Les entraîneurs des Etalons impayés depuis janvier, le ministère des Sports nie l’affaire

Burkina Faso: Des Coachs des Étalons Non Payés Depuis Janvier – Ministère Nie

La situation concernant la rémunération des entraîneurs de la sélection nationale de football du Burkina Faso est devenue très préoccupante, avec un défaut de paiement de salaires depuis le début de l’année 2024. Un problème qui pourrait avoir des répercussions sérieuses pour le pays sur le plan sportif.

Crise de paiement auprès des sélectionneurs du Burkina Faso

Brama Traoré et Hubert Velud, ainsi que leurs équipes techniques, sont confrontés à une impasse financière avec la Fédération de football du Burkina Faso (FBF) depuis maintenant quatre mois. Ce blocage est d’autant plus sérieux qu’il met en jeu le fonctionnement même de l’équipe nationale, connue sous le nom des Etalons. La source de cette information, Sport News Africa, révèle qu’après avoir emmené l’équipe jusqu’aux huitièmes de finale lors de la dernière Coupe d’Afrique des Nations (CAN), Hubert Velud a été licencié en avril et remplacé par Brama Traoré, ex-entraîneur des équipes de jeunes. Mais depuis cette transition, aucun des deux coaches n’a reçu de rémunération pour leurs services.

Selon les explications fournies par la FBF, cette carence de paiement résulte d’une décision de l’État d’effectuer un paiement groupé englobant les arriérès et la rémunération du mois de mai. Toutefois, il apparaît que seuls les contrats de Velud et de son équipe ont été soumis au Ministère des Sports pour traitement. Face à cette situation, Boubakar Savadogo, le Ministre des Sports, a catégoriquement rejeté ces affirmations, les considérant comme de fausses nouvelles. Malgré cette déclaration, lorsque contacté par Sport News Africa pour obtenir des éclaircissements, personne n’a souhaité commenter davantage.

Ce dysfonctionnement dans le versement des salaires porte préjudice aux entraîneurs et à leurs équipes, qui se voient dans l’obligation de réfléchir à des recours possibles, avec notamment la menace de faire appel aux instances de la FIFA. La Fédération burkinabè se trouve ainsi dans une position délicate, qui pourrait mener à de sévères sanctions si la situation n’est pas résolue rapidement.

Il est primordial pour le Ministère des Sports d’adresser cette problématique sans tarder et d’assurer que les entraîneurs de l’équipe nationale du Burkina Faso, moteur important du développement sportif et ambitieux du pays, reçoivent finalement les fonds qui leur sont dus. Sans cette rémunération, le risque d’une perturbation majeure dans la gestion et l’optimisme autour de l’équipe nationale est bien réel.