Kylian Mbappe, Cristiano Ronaldo /Icon Sport

Bayern, Mbappé au Real: La colère d’Eberl

Le transfert de Kylian Mbappé de Paris Saint-Germain au Real Madrid, sans frais de transfert en raison de la fin de son contrat avec le PSG, suscite une réaction inquiète de la part de Max Eberl, le directeur sportif du Bayern Munich. Ce mouvement marque un tournant dans la dynamique des transferts de joueurs, soulevant des préoccupations sur les implications économiques pour le monde du football.

Le transfert gratuit de Mbappé alimente les craintes d’un déséquilibre économique

La décision de Kylian Mbappé de rejoindre le Real Madrid après la fin de son engagement avec le PSG représente une opération qui, bien que légale et conforme aux règlements actuels du football, soulève des inquiétudes importantes qui dépassent le cadre du simple transfert. Max Eberl, figure clé du Bayern Munich et observateur avisé du football européen, exprime une critique sévère face à ce modèle de transfert gratuit, qui selon lui pourrait s’avérer nuisible pour l’essence même du football.

Eberl met en évidence une tendance qui a vu les fonds traditionnellement impliqués dans les transactions de joueurs changer de mains, en ne bénéficiant plus aux clubs mais plutôt aux joueurs, à leurs proches, ainsi qu’à leurs agents. Il souligne une époque révolue où les sommes investies dans les transferts restaient largement dans un écosystème fermé, ce qui permettait aux clubs de maintenir une certaine forme de stabilité financière. L’évolution actuelle, où l’argent semble quitter cet écosystème pour rejoindre d’autres sphères, est perçue avec une grande alarme.

Dans ses propos rapportés par le quotidien Sueddeutsche Zeitung, Eberl fait part de ses craintes sur un avenir où la logique financière actuelle pourrait conduire à un effondrement des mecanismes traditionnels de fonctionnement du football. Selon lui, la situation actuelle, marquée par des chiffres d’affaires astronomiques, alimente une bulle qui pourrait à un moment donner laisser place à une crise majeure, avec pour conséquence un rétrécissement dramatique de l’argent disponible pour les clubs. Cette perspective, où les intérêts personnels l’emportent sur ceux collectifs et où les clubs ne retirent aucun bénéfice financier des mouvements de joueurs, est vue avec inquiétude par les acteurs traditionnels du football, pour qui la stabilité du marché des transferts est fondamentale pour la pérennité du sport.