Pablo LONGORIA et Frank MCCOURT (Photo by Baptiste Fernandez/Icon Sport)

11 ultras de l’OM jugés après plainte de Longoria

Dans cet article, nous allons explorer le déroulement et les implications juridiques de l’affaire qui a émergé suite à une série d’attaques en ligne d’une violence inouïe contre des membres de l’Olympique de Marseille, y compris leur ancien président, Jacques-Henri Eyraud. Ces événements, ayant eu lieu autour de l’incident de la Commanderie en 2021, soulignent la sombre réalité de la haine véhiculée sur les réseaux sociaux.

Les répercussions judiciaires de la haine en ligne

La 10e chambre du tribunal judiciaire est sur le point de se concentrer, ce lundi et mardi, sur une série de cas impliquant des individus qui ont propagé des contenus haineux sur les plateformes de réseaux sociaux dans le contexte de l’assaut contre le centre d’entraînement de l’Olympique de Marseille. Cet épisode regrettable s’est distingué par une hostilité particulièrement virulente, illustrée par des images d’une brutalité choquante à l’encontre de Jacques-Henry Eyraud, notamment des montages le représentant décapité. En outre, cette vague d’animosité a touché la sphère privée, avec la diffusion de matériel pornographique visant la fille d’un membre de l’équipe dirigeante de l’OM, ainsi que des menaces visant directement les enfants des dirigeants du club.

L’enquête, lancée suite à une plainte de l’Olympique de Marseille, de Jacques-Henri Eyraud, et d’un autre directeur, a mis sous le feu des projecteurs près d’une centaine d’individus. Au terme des investigations, onze personnes se retrouvent devant la justice. Il est intéressant de noter que la majorité de ces accusés apparaissent comme des acteurs isolés, ne montrant pas de signes d’appartenance à des collectifs de supporters ultras organisés, souvent pointés du doigt dans de telles affaires.

En 2021, face à cette attaque, la réaction de l’OM avait été marquée par une certaine volonté d’apaisement et de compréhension, reconnaissant implicitement la passion qui lie ces supporters au club, en dépit de l’extrême violence de leurs actes. Cependant, dans un contexte évolutif, et notamment après le dépôt d’une plainte contre X par Pablo Longoria en octobre 2023, cette posture pourrait connaître une évolution notable. Les avocats de certains des prévenus mettent en lumière le profil typique des accusés: des supporters ardents, dont la vie est rythmée par les succès et les revers de leur équipe, bien que cela ne saurait excuser leurs actes répréhensibles.